Être de l'Atelier, et d'autres territoires.Le20/03/2018

 

Je viens de vivre cette période dites de signatures, signatures en proximité.( Avant d'autres à St. Lary, à Montpellier,Bagnères de Luchon, Toulouse etc. Consultez le blog.)

  Il y a eu le lancement officiel de la parution de l'ouvrage à Tarbes: Avenue de la Marne, dans un lieu ouvert et si accueillant : le «Melting-pot/ Potes». Avec la présence de Marie-Pierre Vieu, éditrice, et nouvellement député' e européenne. Merci à elle d'avoir cru en cet ouvrage! Bien sûr une présence un peu«improvisée» au Salon du livre à Bagnères/Gerde...(le livre étant sorti la veille, donc nous n'avions pas fait d'annonce)

  Pour mémoire j'ai fait des livres, ce que l'on nomme communément «livre d'artiste». Le rituel est-il si différent? Une autobiographie,...mais celle d'un artiste peintre, sculpteur etc. et alors? Je, il n'y peut rien ! C'est comme çà!

   Il y a eu une invite de la Mairie de Pouzac, première invitation émanant d'une bibliothèque, assumée avec un immense plaisir! Village où nous résidons, voir le papier dans la dépêche( 05/03/18).Puis il y a eu la Librairie à Bagnères, « Auprès de pyrénnes » rue Victor Hugo, et la Librairie «les Beaux Jours à Tarbes, Avenue de la-Marne.un si bel endroit! Enfin Séméac et cette exposition,et présence solidaire avec Amnystie Int. Et l'invite de la Ville. Cette manière, ce rituel, m'a permis de retrouver, de renouer avec des amis, mais aussi de vouloir compléter ce «récit de vie» en replaçant mon parcours artistique dans sa sinuosité déclarée par les uns, et commentée par d'autres. Donc un ouvrage davantage consacré au pourquoi et comment.....j'ai tenté de construire cet ensemble. C'est le temps de la transmission, avec je l'espère une avancée sur la donation faite à la ville de Bagnères. La transmission, valeur qui va pour moi, bien au delà de ce simple fait de donation. Valeur un peu bousculée présentement, avec ce goût immodéré et malsain de vouloir nier le «avant» Exprimer ces réserves, ce n'est pas sortir de ce que j'appelle «l'être progressiste», que je revendique être ! Pas d'amalgame Svp. ! Donc tranquillement je rassemble toutes ces pièces dispersées// dispersion qui permet à certains de mes détracteurs... de considérer que j'ai fabriqué dans la confusion! Des détracteurs il en faut, c'est un bien nécessaire, qui oblige parfois à mieux se comprendre, alors je cherche à mieux comprendre ce qui s'est passé dans mes multitudes de cheminements. Un parcours artistique est fait de doutes de remises en questions?

   Le questionnement est l'essence même de la création. Pour conclure sur ce point. Je recommande la consultation de mon site admirablement conçu par un ami....Vous le savez!

Mais pour voir de nouvelles images allez donc aussi sur You Tube, et cherchez donc les nouvelles vidéos..http://jacquesbrianti.com videos ou

https://jacquesbrianti.com.videos.html....d'autres sont en préparation.

  Et évoquant You tube, j'ai eu la surprise ce matin de découvrir une rubrique me concernant, concernant surtout un fait vécu il a trois/4 ans déjà, rappelez vous cette mise au tribunal pour une dette à la Mda ( Maison des Artistes, sécurité sociale des artistes etc). Je m'étais élevé alors contre le reniement fait à mon statut d'artiste.Puisque je fus assimilé à un chef d'entreprise! J'ai ces derniers temps planché sur le problème de la classification des artistes, référant à l'ouvrage de A. Blunt, drôle d'historien de l'ART; (ou plutôt drôle de vie que fut la sienne), qui évoque le passage de nomination de l'artisan au titre de celui d'artiste!!! Cela sera aussi, un des éléments du futur ouvrage. Pour le reste, j'ai perdu, je m'en souviens encore. C'était la semaine ou décédait Sylvio, qui s'était porté aux avants postes (le 17 mars,4 ans déjà...), Cela a été longuement évoqué . Nous avions perdu alors, j'avais perdu? Perdu quoi ? Confiance au temps qui porte les corrections nécessaires?. Depuis je suis soumis à un règlement codifié.

Mais ce matin donc, la découverte de cette info.( voir you tube , tapez brianti...) Dans laquelle je suis nommé comme étant «entrepreneur de spectacles vivant s» ?, et suivent des explications sur l'affaire, ou plutôt des résultats de cette décision de justice, dans le langage convenu, triste épisode, dont je garde meurtrissures, et dont je subis encore les effets.

Mais ce qui m'a fait sourire, c'est l'image, une vue de l'Alaric à Ordizan, village que nous avons quitté depuis plus depuis plus de 10 ans! Rappelez-vous:c'était avant le moulin! Vue qui révèle « mon supposé habitat,/en fait il s'agit de la maison d'un frère âiné!!! Tout faux!. Alors je reviens, pour conclure à mon réel vécu d'artiste contemporain,

...qui se veut, se revendique être un simple et modeste entreprenant, regardeur du spectacle vivant de notre monde. !

L'art du compromis?. Sourions mais retenons la leçon. Ah! J'oubliais de vous dire que l'atelier est ouvert tous les dimanches, l' après- midi. jusqu'au 22 Avril, m'associant au Phaart/ www.phaart.com

Salutations